29 °C
 
ORANGE CARAIBES

education
Parents d’élèves attentifs : entre inquiétude, frustration et envie d'aider

Par Karim Rosaz      29 septembre 2020 à 17h37
Manque de salles, manque d’enseignants, l’Union des parents d’élèves de Saint-Martin veut alerter l’opinion publique sur la situation un mois après la rentrée. Les parents bénévoles veulent surtout engager une dynamique de dialogue et de projets pour améliorer et optimiser l’éducation des jeunes Saint-Martinois.
Près d’un mois après la rentrée scolaire 2020/2021, l’Union des parents d’élèves de Saint-Martin (UPESM) joue son rôle en terme de remontée d’informations auprès des instances de l’éducation du territoire. Une rentrée scolaire où les protocoles sanitaires covid ont occupé toute l’attention. Après trois semaines de cours, l’UPSEM fait un premier bilan.

En premier lieu, c’est l’expression de la frustration de certains parents quant à la situation dans certains établissements qui apparaît. «Il existe surtout un manque de professeurs de spécialité», explique Angèle Hodge, la présidente de l’UPESM, «certains enseignants qui sont affectés à Saint-Martin préfèrent parfois se mettre en arrêt en attendant d’avoir un poste en Guadeloupe». La représentante des parents d’élèves demandent au ministère de donner les moyens et pourquoi pas d’assouplir les règles afin de permettre aux enseignants saint-martinois d’occuper les postes ici. «C’est vrai qu’il existe un problème de logement à Saint-Martin et c’est peut-être l’une des raisons du manque d’attractivité pour les enseignants malgré les primes. Mais si les professeurs saint-martinois rentrent chez eux, la problématique du logement serait réglée», explique Angèle Hodge.

Ensuite, c’est la problématique du manque de salles et des emplois du temps difficiles, à la Cité scolaire, qui est mis en avant. «Je le constate tous les jours, il y a une montée de stress chez les parents d’élèves. On n’a plus de médiathèque, on sort d’une année difficile et particulière», prévient la présidente de l’UPESM, «on a des situations qui existaient avant Irma. On a aussi des problématiques liées au territoire où on note des absences de réponses pour certains appels d’offre. Nous faisons aussi face à des problèmes de communication, il faudrait un dialogue honnête avec l’ensemble des acteurs».

De leur coté, les syndicats d’enseignants se disent très inquiets de la situation à la Cité scolaire pointant du doigt le manque de salles et un établissement « sous dimensionné face à l’augmentation des effectifs d’élèves ».

Restauration scolaire et projets


Un autre sujet suscite l’intérêt des parents d’élèves : la restauration scolaire. De nombreuses remarques concernent la production, que ce soit en qualité ou en quantité. Pour Angèle Hodge, l’UPESM jouera son rôle totalement puisque ses représentants siègent au conseil d’administration de la CTOS : «Nos soucis ne datent pas d’hier. Ce que nous allons faire, c’est que nous allons tester les menus, en prenant un ticket et en mangeant comme les enfants. Et nous nous prononcerons après».

L’UPESM veut également travailler de concert avec le rectorat pour trouver des solutions et être force de proposition, pour porter des projets. «Il faut redéfinir certains projets pédagogiques. Pas uniquement se focaliser sur les voyages de classe. On pourrait se concentrer sur la santé mentale, sur l’acquisition de langues ou encore sur la présence, l’implication et le rôle des parents au sein de l’école», précise Angèle Hodge.

« Avec plus de retard, mais tous les postes sont pourvus »


Michel Sanz, le vice-recteur, est revenu sur la situation, notamment à la cité scolaire et ses problématiques de manque de salles et d’enseignants. En ce qui concerne les postes restés vacants, Michel Sanz indique que l’affectation des professeurs a pris «plus de retard que d’habitude» mais assure aujourd’hui que «tous les postes sont quasiment pourvus. Il en reste deux à pourvoir. Un appel à candidature est en cours». L’autre difficulté liée cette fois au remplacement d’enseignants absents ou malades est plus problématique. «Lorsqu’un enseignant est absent sur une courte durée, il n’est pas forcément remplacé. Et nous faisons face à des situations où un enseignant prolonge son arrêt - on parle d’absence perlée - et il devient très difficile de prévoir un remplacement», explique Michel Sanz. Un casse-tête pour les chefs d’établissement qui doivent mobiliser d’autres professeurs sur des heures supplémentaires.

Salles de classe et emploi du temps


C’est une nouvelle fois à la cité scolaire que les difficultés ont été relayées notamment sur le manque de salles de classe. Cette fois aussi, Michel Sanz rassure les parents d’élèves : «les 4 algécos sont réparés et sont réutilisables aujourd’hui. La problématique des salles de classe provient aussi du fait qu’il y a plus d’options. La carte de formation est importante». Le vice-recteur assure que le problème de salles est réglé depuis la semaine dernière avec la mise à disposition de salles du collège libres les après-midis. Si Michel Sanz concède que l’organisation générale engendre quelques contraintes pour certains, il affirme que «tous les élèves ont les cours auxquels ils ont droit» et que «l’arrivée du nouveau collège rendre plus confortables les emplois du temps».

L’UPESM fête ses 10 ans


« Nous avons une montée en adhésions. Les parents comprennent l’importance de notre présence et nous rejoignent. Le relais est assuré. L’Union des parents d’élèves est présente de la maternelle au lycée avec l’objectif d’inclure les parents d’étudiants et des BTS par exemple. On a une liste UPESM dans 13 des 19 établissements du territoire. Au sein de chaque établissement, nous pouvons voir les difficultés et faire remonter les informations. Nous sommes les partenaires du rectorat. On nous entend, on prend en compte nos positions et on prend part aux réflexions notamment sur le projet académique ».
Bureau de l’UPESM

Les enseignants « nouveaux arrivants » briefés sur les spécificités du territoire

Ils sont environ 100 nouveaux enseignants à avoir été affectés à Saint-Martin ou Saint-Barthélemy pour la rentrée scolaire 2019/2020. Si un accueil a toujours été organisé, cette année le service de l’éducation a souhaité apporter aux enseignants des éléments d’information afin qu’ils puissent avoir une vision complète du...

Lire la suite
Education : les parents d’élèves dénoncent les messages contradictoires

Seulement 10 % des élèves étaient présents à la Cité Scolaire, selon le Rectorat. Lundi, le bras de fer entre la Collectivité et l’Etat a été poussé d’un cran : alors qu’à 17h, la Préfecture indiquait que les établissements seraient ouverts le lendemain sauf ceux de Quartier d’Orléans et de Sandy Ground, la Collectivité...

Lire la suite
Siméonne Trott, c’est trop

Hier matin avec les fortes précipitations matinales, la cour de l’école élémentaire Siméonne Trott était impraticable, noyée par des pluies abondantes. Mais ce qui inquiète davantage parents et enseignants, ce sont les fuites d’eau et ce alors que les travaux de reconstruction se sont achevés il y a quelques semaines. Pour rappel, la...

Lire la suite

mercredi 14 octobre 2020

TÉLÉCHARGER >
SUPER U FOIRE AU VINS 2020 Assurances Tackling
1€= $   1$= €
Cotation Euro / Dollar le 14/10/2020 à 02:07

pharmacie de garde

Nous rappelons que la garde commence le samedi à 20h (sauf Samedis fériés) et se termine le Samedi suivant à 08h.


médecin de garde

dernière vidéo

Ouverture de la frontière

    bateaux de croisière

    Aucun bateau aujourd'hui