30 °C
 

à la une
Les attentes autour de la venue du président

Par Karim Rosaz, Grégory Rohard et Agathe Mathieu      27 septembre 2018 à 19h47


  Photo©Karim Rosaz
Le président de la République sera de passage à Saint-Martin demain et dimanche pour une visite de moins de 24 heures. Sa venue sur le territoire soulève un certain nombre d’attentes et des réponses concrètes sont attendues.
«Il l’avait promis. Il revient un an après», a déclaré l’Elysée lors de la présentation du programme de la visite d’Emmanuel Macron à Saint-Martin avant d’ajouter : «c’était la phase d‘extrême urgence l’année dernière, aujourd’hui on est dans la phase de l’impatience et du découragement. Le président veut être aux cotés de la population». Lors de ses visites prévues sur notre territoire, le président aura sans doute l’occasion de mesurer ce qui est qualifié d’impatience et de découragement. Un an après, la reconstruction est en cours mais les retards sont importants. C’est le cas pour les établissements scolaires, les résidences des bailleurs sociaux ou encore les bâtiments publics et les infrastructures sportives sans parler des hôtels et restaurants. La lenteur du traitement des dossiers d’assurance peut expliquer le retard sur certains points. Mais globalement les causes de l’impatience et le découragement se résument à une affaire de «gros sous». En toile de fond, la balance entre les aides promises par l’Etat et la capacité financière de la Collectivité.

Financer les projets

La Collectivité, elle aussi impactée par Irma et qui faisait déjà face à des difficultés financières avant le 6 septembre 2017, doit trouver les finances nécessaires à la reconstruction. L’aide de l’Etat était alors vivement attendue, notamment avec la signature du protocole qui portait sur les investissements à effectuer.
Sur la question des établissements scolaires, 33 millions avaient été estimés pour la reconstruction du parc scolaire endommagé. L’Etat s’était engagé à verser 15 millions pour la reconstruction des écoles, avec notamment la construction d’un nouveau collège. A ce jour, selon nos informations, la somme ou une partie de la somme n’a pas encore été débloquée.
Autre exemple, en ce qui concerne la reconstruction du parc de logement social. Les 6 millions prévus font, pour l’heure, l’objet d’une négociation entre l’Etat et la Collectivité sur les modalités et les critères de versement, toujours selon nos informations.
D’autres points, à caractère financier, sont aussi à prendre en compte. La Collectivité peut bénéficier d’un droit de tirage exclusif sur les 46 millions du fonds de solidarité de l’Union européenne pour l’année 2018. Il ne s’agit pas d’un versement ou d’une mise à disposition à proprement parler, cette somme doit être dépensée et les fonds sont débloqués une fois les factures fournies. C’est un premier élément contraignant pour la Collectivité. La seconde contrainte reste que la collectivité doit utiliser ce droit avant le 31 décembre 2018. Ainsi la majorité était donc dans l’obligation de monter les dossiers et de les préfinancer en huit mois pour consommer le maximum de crédit à hauteur de 46 millions. Environ 15 millions d’euros de projets ont d’ores et déjà été engagés. C’est d’ailleurs ce fonds qui a été utilisé par la Collectivité pour financer les travaux dans les établissements scolaires. Des négociations sont engagées pour prolonger la période de tirage exclusif et permettre uniquement à la Collectivité de Saint-Martin de bénéficier pleinement de ces 46 millions.
Toujours à l’occasion du protocole signé sur le volet investissement, l’Etat avait préconisé de prendre à sa charge le paiement des intérêts d’un prêt de longue durée de 60 millions d’euros pour le financement des investissements de reconstruction. Lors de son dernier point presse, le président Daniel Gibbs avait expliqué, un peu amèrement, que la Collectivité n’était en aucun cas en capacité de souscrire un tel emprunt, compte tenu de son endettement. La capacité d’emprunt s’élève tout au plus à 20 millions d’euros indique-t-on de source proche de la Collectivité.

En terme d’aide de l’Etat à la Collectivité, 12 millions ont été débloqués pour l’aider à terminer l’exercice 2017. Le protocole prévoit une aide de 50 millions en 2018 et en 2019. Selon nos informations, 25 millions auraient été versés à ce jour pour l’exercice 2018. Pour 2019, les 50 millions seraient dégressifs en fonction du volume de recettes fiscales de la Collectivité.


«Etat et Collectivité se renvoient la balle»

D’un coté, l’Etat qui se doit de contribuer au développement du territoire et de l’autre, la Collectivité qui détient de nombreuses responsabilités (établissements scolaires, infrastructures sportives, routes, éclairage, assainissement, eau,…) mais qui possède une faible capacité financière.
Au milieu, la population et les professionnels qui sont dans cette phase « d’impatience et de découragement » comme l’a bien identifié l’Elysée. La réunion de travail de dimanche matin autour du tourisme devrait pouvoir poser clairement le problème. Un professionnel de l’hôtellerie, qui a bien voulu répondre à nos questions tout en indiquant que la situation était tendue, résumait en quelque sorte la situation : «on nous promet de l’éclairage, des routes, du nettoyage. Comment voulez-vous que l’on relance la destination ? Nous faisons face à deux entités qui se renvoient la balle. La Collectivité dit qu’elle n’a pas d’argent et l’Etat explique que ce n’est pas sa responsabilité. On a l’impression que la situation se dégrade entre l’état et la collectivité. Nous, on attend juste des solutions. Nous ne sommes pas des magiciens». Le tourisme est le principal, sinon le seul, moteur de l’économie de Saint-Martin. Les professionnels attendent donc des réponses concrètes de la part du président de la République. Emmanuel Macron sera certainement questionné sur le véritable plan d’aide accordé à Saint-Martin par l’Etat.

Le Collectif de parents d’élèves, d’élèves et enseignants : «on attend du Président qu’il tienne ses promesses et ses engagements»

Line Taylor est devenue, au fil des manifestations aux portes des lycées et des collèges de Saint-Martin, la voix du Collectif. Aujourd’hui, à quelques heures de l’arrivée présidentielle, elle espère que le chef d’état prendra conscience de la gravité de la situation dans laquelle se débattent élèves, parents et enseignants. Que le Président de la République mesurera l’état, jugé scandaleux par le Collectif, d’une grande partie des infrastructures et des établissements scolaires. «Nous ne sommes pas et n’avons jamais été dans une logique de combat» indique-t-elle mais bien dans la «discussion». A ce titre, elle espère une entrevue avec le Président Emmanuel Macron. «On attend surtout du Président qu’il tienne ses promesses et ses engagements» conclut Line Taylor. Grégory Rohard

Education, lettre ouverte d’un collectif d’enseignants de Saint-Martin

Un collectif d’enseignants «exaspérés» a adressé une lettre ouverte au président de la République : «Monsieur le Président de la République, votre prochaine visite représente pour nous, enseignants de Saint-Martin, dépendant de l'académie de Guadeloupe, l'opportunité de pointer encore du doigt toutes ces réalités indignes, tout ce mépris vis à vis de nous. Il s'agit bien de mépris car devant le bilan si négatif de la réalisation des travaux dans les établissements scolaires, nous subissons d'entendre et de lire dans les médias la mise en exergue du «tout va bien » par tous ceux qui ne sont pas sur le terrain.
Nos revendications essentielles se résument en peu de phrases : réparez nos établissements scolaires, respectez nos élèves, traitez-nous comme tous les autres enseignants, fonctionnaires de l'État (principe d'égalité inscrit dans la Constitution), préservez notre santé, l'hygiène et la sécurité au travail (Code du travail)».


Louis Mussington, leader de l’opposition interpelle le président

Louis Mussington, conseiller territorial, multiplie ses interventions. Présent lors de la manifestation sur l’accès aux plages, le leader de l’opposition était aussi impliqué lors des contestations sur les conditions d’accueil des élèves à la rentrée scolaire. Aujourd’hui Louis Mussington interpelle le président Macron :
« Au cours de votre déplacement sur l’île de Saint-Martin, vous aviez mis l’accent sur l’impérieuse nécessité de reconstruire le territoire de manière exemplaire. Et, vos propos ont été traduits de manière ostentatoire dans le protocole signé entre l’Etat et la Collectivité de Saint-Martin (les 6 et 21 novembre 2017). Il convient de souligner que des promesses mirobolantes ont été faites dans ce cadre ; ce qui a permis à notre population traumatisée et sinistrée, pour la plupart, d’espérer des lendemains meilleurs. Cependant, il est regrettable de constater que les habitants et les élus ont dû vite déchanter. En effet, il y a lieu de préciser que certains engagements pris par l’Etat ont été remis en cause.
A titre d’exemple, nous évoquons quelques dossiers urgents et prioritaires qui méritent incontestablement une considération toute particulière, vu la situation financière, très délicate de la collectivité :
- Il est clairement indiqué dans les volets 1 et 2 du protocole qu’un groupe de travail
ad-hoc, associant notamment la Collectivité, sera mis en place afin «de réexaminer des compensations non-perçues ou sous-estimées à l’occasion des transferts de compétences établis entre 2007 et 2012».
- Les mêmes engagements ont été pris par rapport au traitement de la dette relative au revenu de solidarité active (RSA).
- Dans le même ordre d’idée, la question de la réorganisation des services de l’Etat sur le territoire en vertu des dispositions de l’article 6351-12 de notre loi organique nécessite, comme indiqué, un examen particulier.
Nous tenons à rappeler que la présence renforcée de l’état sur le territoire, ne doit pas se traduire uniquement par le contrôle, mais aussi par des actions immédiates notamment, en faveur d’un enseignement de qualité et aussi du développement du sport et de la culture afin de favoriser l’épanouissement de notre jeunesse ».

Au nom de Sandy Ground

Les attentes de Cédric André restent les mêmes depuis son élection à la représentation du conseil de Quartier #4. «Faire prendre conscience de la réalité de la situation dans laquelle se trouve Sandy Ground… Je souhaiterais que le Président puisse se rendre compte». Une conjoncture qu’il juge «précaire» car de l’autre coté du trottoir, «ce sont toujours les plus lésés qui souffrent le plus».Il évoque un quartier où la reconstruction est complexe, voire impossible dans l’état actuel du Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN). Alors, «Il faut tous s’assoir autour de la table rapidement pour trouver des solutions concernant le problème de l’habitat… tout le monde a son mot à dire car nous sommes tous dans le même bateau», explique Cédric André qui par ces mots appelle à la consultation publique. Grégory Rohard

Encore 11 millions d’euros à financer pour la Semsamar

En octobre 2017, la Semsamar, principal bailleur social de l’île, lançait son projet de réhabilitation améliorée pour rénover ses résidences suite au passage du cyclone Irma. A l’heure actuelle, 32,4 millions d’euros ont été engagés sur les 49,2 millions prévus. 38,2 millions d’euros ont pu être financés grâce aux indemnités des assurances, à un emprunt PHBB (Prêt de Haut de Bilan Bonifié) et à une reprise de provision pour gros entretien. 11 millions d’euros restent à financer.
Pour cela, la Semsamar compte notamment sur le fonds d’urgence au logement, que la Collectivité obtiendrait des services de l’Etat. L’ensemble des bailleurs de Saint-Martin pourrait recevoir 6 millions d’euros. La Semsamar est pressentie à hauteur de 5 millions d’euros compte tenu de l’importance des dégradations de son patrimoine. Elle aura donc les yeux et les oreilles rivés sur cette visite présidentielle. Agathe Mathieu

Aéroport de Grand Case : des avancées et des projets

Cela ne vous aura sans doute pas échappé, depuis plusieurs semaines une nouvelle clôture d’enceinte est érigée autour de la piste de l’aéroport de Grand Case. Elle vient remplacer l’ancienne, balayée par la violence des vents de l’ouragan Irma. A ce niveau, «85 % des travaux ont été effectués», explique Pascal Marcoux, qui...

Lire la suite
Faites vos vœux

POLITIQUE «J'adresse au nom du Conseil territorial de Saint-Martin et en mon nom personnel tous mes voeux de bonheur, de santé et de prospérité à chacun et chacune d'entre vous pour la nouvelle année qui s'annonce. Merci à celles et ceux qui croient en Saint-Martin et se sont investis pour permettre à notre territoire de se...

Lire la suite
Le retour des fidèles touristes

Si l’habituel creux du début d’année se fait actuellement ressentir dans les commerces et les établissements touristiques, la période des fêtes semble avoir satisfait les attentes des professionnels. Après une saison quasiment nulle l’année dernière, les touristes font un retour timide mais perceptible sur la Friendly Island. Les...

Lire la suite
Garde des Sceaux, une visite de courtoisie

La Garde des Sceaux s’est posée vendredi dernier sur le tarmac de l’aéroport de Grand Case par le vol commercial de 9h. Un vol en provenance de Guadeloupe où la ministre de la justice a débuté mercredi dernier sa visite officielle en Outre-mer. En Guadeloupe, la Garde des Sceaux a confirmé le projet d’extension du centre pénitentiaire...

Lire la suite

vendredi 11 octobre 2019

TÉLÉCHARGER >
SUPER U OCTOBRE 2019 FOIRE AUX VINSTackling assurances sxmPetites Annonces Adecco
1€= 1,0956$   1$= 0,9126€
Cotation Euro / Dollar le 10/10/2019 à 22:17

pharmacie de garde

Nous rappelons que la garde commence le samedi à 20h (sauf Samedis fériés) et se termine le Samedi suivant à 08h.


médecin de garde

dernière vidéo

Le Carnaval de Saint-Martin du 17 février au 6 mars 2019 Festivités Carnavalesques de Saint-Martin en partenariat avec le Pélican

    bateaux de croisière

    Aucun bateau aujourd'hui