26 °C
 

à la une
Croix Rouge : 60 personnes ont bénéficié d’un programme sur l’image de soi

Par Laura Bouaricha      17 janvier 2024 à 09h49
Éric, Angela, Alexis ou encore Patricia. Ils font partie des 60 personnes à avoir bénéficié du programme «l’image de soi, lien et insertion sociale» mené pendant un an par la Croix Rouge de Saint-Martin avec des intervenants externes.
L’équipe mobile d’intervention sociale (EMIS) de la Croix Rouge de Saint-Martin a pour mission de créer et maintenir le lien social avec les personnes les plus précaires. Elle doit évaluer leurs besoins afin de les réorienter vers le meilleur accompagnement. «Ils sont souvent confrontés à la fatigabilité des personnes qui ont du mal à maintenir l’accompagnement», indique Farah Viotty, directrice de la Croix Rouge de Saint-Martin. À savoir, un rendez-vous manqué ou encore l’arrêt de démarches entamées.

Pour pallier cette problématique, la Croix Rouge a répondu en 2022 à un appel à projets de la DEETS, la Direction de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités : «Sortir d’une logique d’assistance pour s’orienter vers l’accompagnement durable des personnes». «Nous leur apportions déjà une aide alimentaire, matérielle et administrative. Il y avait donc le besoin de prendre le problème sous un autre angle, en accompagnant les personnes différemment», poursuit Farah Viotty. De là émerge le projet de renforcer l’estime de soi par la participation à six ateliers différents dispensés sur un an.


Complémentarité des ateliers


La socio-esthétique, animée par Alexia Carole, avait pour but de leur permettre d’apprendre à prendre soin de soi et de se réapproprier son corps. Les différents participants ont ainsi créé des produits cosmétiques comme le dentifrice, du savon ou encore des chantilly corps et cheveux afin de créer une routine de soins. Le second atelier, empowerement avec Alexandra Viotty, les amenait à se questionner, se connaitre et définir des objectifs de vie en vue d’une réinsertion sociale. Les participants ont été amenés à faire une rétrospective parfois sur des expériences douloureuses afin de revaloriser ce parcours. «Il est ressorti que beaucoup avaient un profil créatif, artisanal ou même de chefs d’entreprises», indiquait Alexandra Viotty. L’atelier sur la photographie travaillait également la question de l’image de soi. Les participants ont appris les bases de la photographie avec Souleyman Titah pour pouvoir se photographier mutuellement. «Dans ce cadre nous avons créé un reportage artistique en collaboration avec la socio-esthétique», précisait le photographe. Les bénéficiaires ont également pu se joindre aux ateliers de Soline Duffieux, médiatrice artistique. Elle leur a permis, dans un cadre sécurisé, de créer des réalisations grâce à l’utilisation de différents médiums artistiques. «On n’avait pas pour but une recherche esthétique, mais bien de laisser exprimer l’univers intérieur des participants», a-t-elle fait savoir. Enfin, Amanda Arnell qui est psychomotricienne a proposé des ateliers pour retrouver les appuis au sol, travailler sur la respiration et l’apaisement corporel, ainsi que proposé un travail sur l’émotionnel.

Ce projet innovant ciblait les usagers de la rue, rencontrés par l’EMIS lors des maraudes, les personnes fréquentant le Lieu d’Accueil de Jour (LAJ) de la Délégation Territoriale de la Croix Rouge, et les personnes en situation de grande précarité. «En termes de fréquentation, nous avions prévenu les intervenants de ne pas s’étonner s’ils ne voyaient qu’une ou deux personnes par atelier au vu du public qu’on essayait de toucher», indiquait Farah Viotty. Finalement, à la surprise de tous, ce sont près de 60 personnes qui ont bénéficié des 47 ateliers sur les 10 mois d’activité, avec un bilan de 228 contacts établis. «Nous avons un pic en avril et juillet, puis une baisse en novembre et décembre qui s’explique notamment par la réinsertion de certains», poursuit Farah Viotty. Les femmes ont représenté 35% des bénéficiaires, quant aux hommes 65%, pour une moyenne d’âge de 47 ans. «Je n’ai pas la prétention de dire qu’on a sauvé le monde (…), mais je suis très satisfaite de cette action», a conclu la directrice de la Croix Rouge.

Caribteens Care : un projet pilote porté par les jeunes et la Croix Rouge

Sous forme de podcasts, de témoignages poignants ou encore de conseils de professionnels, «Caribteens Care» est la nouvelle plateforme qui veut instaurer le libre dialogue avec les jeunes et aborder sans tabous des sujets qui les concernent «LES POPULATIONS VONT SE VOIR REPRÉSENTÉES» Caribteens Care est un projet...

Lire la suite
Portrait. Farah Viotty, l\'humain avant tout

Après trois ans et demi à la direction de la Croix Rouge, que retenez-vous de cette expérience ? J’avais accepté ce poste pour apprendre et découvrir un autre milieu, car je suis très curieuse. Je n’ai pas été déçue ! J’ai découvert le management alors que je suis vraiment issue du terrain. Il fallait apprendre...

Lire la suite
Une table ronde pour parler des violences faites aux femmes

«Dans le cadre de ma mission, j’ai commencé à consulter les institutionnels pour parler d’aide et de protection des victimes. Je vois un travail qui se fait», a résumé Justine Benin vendredi après avoir rencontré les acteurs institutionnels et les associations engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Lors de...

Lire la suite

vendredi 01 mars 2024

TÉLÉCHARGER >
Tackling 2024
1€= 1.083$   1$= 0.922€
Cotation Euro / Dollar le 04/03/2024 à 17:09

    les plus consultés

pharmacie de garde

Nous rappelons que la garde commence le samedi à 20h (sauf Samedis fériés) et se termine le Samedi suivant à 08h.


médecin de garde

dernières vidéos

Sensibilisation aux risques sismiques à QO

Caraïbes - Plongée confidentielle dans les eaux de l'île de Saint-Martin

    bateaux de croisière

    Aucun bateau aujourd'hui