societe
Savoir construire un abri après une catastrophe

Par Séverine SANNOM      15 avril 2015 à 17h37


  Une formation dédiée aux abris d’urgence avait déjà eu lieu à La Désirade, en août 2012, avec des participants de Martinique, Guadeloupe et Guyane.
Pour la première fois, l’île va accueillir une formation régionale de La Croix-Rouge, destinée à préparer les bénévoles à construire des abris d’urgence, après une catastrophe naturelle.
Après l’exercice de sécurité civile «Caribe Wave 2015», qui visait à rôder les procédures internes des autorités à l’éventualité d’un tsunami, c’est au tour des secours eux-mêmes de se préparer et d’acquérir des compétences au cas où notre territoire serait touché, un jour, par une catastrophe naturelle. Ainsi, du 17 au 19 avril, Saint-Martin va accueillir une formation régionale de la Croix Rouge française sur la construction d’abris d’urgence, destinés à héberger temporairement les personnes qu’un tremblement de terre, un tsunami ou tout autre événement tragique auraient dépourvu de toit.
Au total, douze bénévoles, originaires de Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin et Guyane suivront cette session, organisée par la délégation territoriale de Saint-Martin et la Plateforme d’Intervention Régionale Amériques-Caraïbes (PIRAC), dans le cadre du projet «72 heures d’autonomie». Ce dernier a été initié en 2011 par la PIRAC et cofinancé par le programme INTERREG Caraïbes, le Fonds de Coopération Régional de Guadeloupe et le Conseil Régional de la Martinique.

Une vulnérabilité certaine

La Croix Rouge justifie ainsi la tenue de cette formation sur l’île et à destination de la région : «l’ouragan Gonzalo en octobre 2014 nous a rappelé que Saint-Martin, tout comme le reste des Antilles, est très vulnérable aux différents aléas climatiques», peut-on lire dans le communiqué de presse. «Les catastrophes naturelles, comme les séismes, les ouragans ou les pluies torrentielles peuvent détruire ou endommager des centaines d’habitations brutalement, obligeant les populations à trouver refuge à court terme dans des abris collectifs tels que des écoles, des églises ou encore des bâtiments publics. Ces structures n’étant malheureusement pas toujours suffisantes et adaptées à l’accueil d’un grand nombre de personnes, des solutions complémentaires doivent être envisagées», est-il expliqué.
C’est pourquoi La Croix-Rouge française a imaginé une solution alternative, qui prend notamment la forme de «kits abris temporaires», ainsi qu’un programme de formation spécifique. Les premières sessions se sont déroulées en 2012 dans le Nord de la Guadeloupe et à la Désirade. Une vingtaine de stagiaires des départements français d’Amérique ont été formés. Cette année, Saint-Martin bénéficie de cette formation, grâce notamment au travail mené en collaboration avec la préfecture et la Collectivité. Un terrain à Galisbay a été mis à disposition afin de laisser de l’espace aux bénévoles pour s’entraîner : en effet, pendant trois jours, les bénévoles suivront des cours théoriques mais aussi et surtout pratiques. Par exemple, ils devront «connaître et identifier les matériaux permettant de renforcer une structure en bois et de fixer une bâche plastique afin de la rendre plus résistante au vent et à la pluie, avant le début de la saison cyclonique 2015», fait savoir le communiqué. «Ils deviendront alors des initiateurs qui seront en mesure de sensibiliser à leur tour les bénévoles de la Croix Rouge ou le grand public», conclut le document.

Caraïbes 2022 : grand exercice militaire face aux catastrophes naturelles

Militaires sur le tarmac, Croix-Rouge à l’entrée de l’aéroport de Grand-Case, gendarmes en opération dans un centre commercial, centre des opérations en action… Toutes les conditions de cette simulation de catastrophe naturelle sont réunies. Entre le 7 et le 17 juin, les Forces armées des Antilles (FAA) sont en opération dans le...

Lire la suite
Algues sargasses : un premier pas vers la reconnaissance de l état de catastrophe naturelle

Voilà désormais plus d’une décennie que les collectivités des Antilles sont fortement impactées par les échouages des algues sargasses. Le 21 octobre dernier, la sénatrice martiniquaise Catherine Conconne a défendu un amendement au Sénat visant à ce que les échouages massifs d'algues sargasses soient reconnus comme catastrophe...

Lire la suite
SUCCESSION COOK WARNER : Blocages et intimidations pour récupérer un terrain

Rose Anita, âgée de 75 ans, a investi toute sa vie pour construire sa maison, sur un terrain où elle s’imaginait déjà prendre sa retraite. Ses économies, des années de sueur, et de vie, tout a été conféré dans ce projet. Comme Rose Anita, des résidents de l’impasse des Manguiers ont construit leur maison, sur ces terrains de...

Lire la suite
La création d’un refuge et d’une fourrière animaliers annoncée pour 2024

L’objectif est de créer un refuge et une fourrière. Le terrain de 12 000 m2, qui appartient à la Collectivité, se situe à Mont Vernon, entre la route et l’étang de Chevrise. Le projet sera construit sur la partie basse. « Cette zone respecte la réglementation, c’est-à-dire qu’il faut être à plus de 100m des habitations »,...

Lire la suite

vendredi 07 octobre 2022

TÉLÉCHARGER >
MOTOCROSS OCT 2022SUPER U SEPT 2022 V2Assurances Tackling
1€= $   1$= €
Cotation Euro / Dollar le 06/10/2022 à 23:14

    les plus consultés

pharmacie de garde

Nous rappelons que la garde commence le samedi à 20h (sauf Samedis fériés) et se termine le Samedi suivant à 08h.


médecin de garde

dernières vidéos

Sensibilisation aux risques sismiques à QO

Caraïbes - Plongée confidentielle dans les eaux de l'île de Saint-Martin

    bateaux de croisière

    Aucun bateau aujourd'hui